Szymanowski : Concerts du 100ème anniversaire. Richter, Pisarenko, Kagan.

Karol Szymanowski (1882-1937)
Trois Masques, op. 34

n° 1
n° 2

Six songs of the Infatuated Muezzin, op. 42
Joyce Songs, op. 54
20 mazurkas, op. 50

n° 1
3
12
13
16
17
18

Sonate n° 2 en la, op. 21
Mythes, op. 30
Sonate n° 3, op. 36

Galina Pisarenko, soprano
Sviatoslav Richter, piano
Oleg Kagan, violon


Format: 2 CD
Release date: 1/4/2015
Barcode: 0680474031610 Catégories : ,

26,90

Voici peu je m’étonnais d’une publication incomplète du concert donné par Sviatoslav Richter et ses amis à l’occasion du centenaire de la naissance de Szymanowski : les deux cycles de mélodies manquaient, je les avais entendus chez un ami qui les avait captés lors du concert donné à Paris : Galina Pisarenko y chantait à merveille les Chants du Muezzin amoureux, et dans leur langue originale, les très rares Joyce Songs, cahier expressionniste peu couru au disque, un des opus majeur de la maturité de Szymanowski. Cette fois, Parnassus, qui s’est engagé dans la divulgation d’après les sources originales de certains des concerts les plus rares de Sviatoslav Richter, publie l’intégralité de la soirée du 26 novembre 1982 telle que la capta la Radio Polonaise à l’Académie de Musique de Varsovie. Le son est plus profond et mieux défini que celui de l’édition parcellaire (Sonates 2 et 3, Mythes avec Oleg Kagan) proposée par Doremi, et outre les cahiers de mélodies, offre Schéhérazade et Tantris le bouffon, les deux pièces tirées des Masques que le pianiste russe affectionnait tant, mais aussi sept Mazurkas, dont deux, les 13e et 16e sont, comme la Troisième Sonate, des ajouts à la discographie de l’artiste. Richter fut le premier pianiste non polonais à remettre l’œuvre de piano de l’auteur du Roi Roger sur le devant de la scène, j’admire l’art avec lequel il tend l’arche de la délicate 2e Sonate, le ton résolu et sombre dont il pare la Troisième, la finesse de son jeu dans les œuvres de la veine impressionniste – les Masques, les Mythes avec l’archet fluté d’Oleg Kagan – et surtout la souplesse de ses dix doigts dans les Mazurkas qu’il égrène avec une fraicheur presque ingénue, comme s’il les découvrait. Rien de cette langue ne lui est étranger, au point qu’aucune influence n’y parait : Richter avait compris Szymanowski en lui-même. L’ajout des cahiers de mélodies, où Galina Pisarenko rayonne, sensuelle et impérieuse dans les orientales du Muezzin, inquiète, quasi expressionniste dans les Joyce Songs, est l’autre atout majeur d’un double album essentiel (Discophilia – Artalinna.com). (Jean-Charles Hoffelé)

Reviews

There are no reviews yet.

Be the first to review “Szymanowski : Concerts du 100ème anniversaire. Richter, Pisarenko, Kagan.”

Label

Parnassus

English
Français Nederlands English
Retour haut de page